Le numéro 331 de Sport-Santé

A la Une

Comme « d’hab », la couverture du premier numéro de l’année de notre magazine est consacrée aux lauréats des challenges AGL Service/Eurlirent Sport-Santé. Honneur aux Sportifs de l’année 2018. En haut : Adrien Delenne, Guilhem Elias et Adria Moreno (sports individuels). En bas de page, les lauréats en sports « co », bien entourés. On reconnaît, accroupis (de g. à dr.) Ugo Crousillat, Eddy Labarthe, Tamara Matos Hoffman, Alex Donsimoni, Bernard Soulas et « Sir Alex » Kiatibian. Debout : Francis Taulan, Wesley Pardin, Cyril Guillarme, Ousmane Sané, Jérôme Fernandez et Jamie Cudmore (photo Sylvain Sauvage).

Sommaire :

  • 4 De chouettes personnes…
  • 5 Le Méchant
  • 6 Spécial Palmarès
  • 7 Le cinq majeur en sports « co »
  • 8 Equipes de l’année
  • 9 Prix « Le Sport pour Valeur »
  • 10 Dirigeants de l’année
  • 11 Organisation de l’année
  • 12 Entraîneurs de l’année
  • 13 Educateurs de l’année
  • 14 Petits espoirs prometteurs
  • 15 En marge du palmarès
  • 16 Les combats d’Abdel Achour
  • 18 L’Académie PAUC
  • 20 Charles Weiss, dans l’histoire
  • 21 Xavier Duranté
  • 22 Le PAN poursuit son chemin
  • 24 Athlé Provence Clubs
  • 26 Le Set Tennis rempli d’espoirs
  • 28 Jean-Claude Lagache
  • 29 Les Trophées des Sports
  • 30 Challenge AGL Services/Eurlirent
  • 32 Trophée : Jérémy Niflore

 

Edito

Un tas de questions

La première question que nous nous posons à l’heure (… souvent la dernière) de « faire l’édito », comme on dit, c’est de savoir ce que nous allons y mettre. De quoi devons-nous parler ?

Devons-nous en « remettre une couche » sur notre soirée palmarès qui occupe pas moins de dix pages dans ce n°331, en plus de la couverture ? Faut-il traiter à nouveau la question, il est vrai essentielle, de la formation, sachant qu’elle reste indissociable du contenu ? En effet, lorsque nous traitons des sujets tels que l’Académie handball du PAUC, le groupe Avenir du Set Tennis, le lancement d’Athlé Provence Clubs ou la nage avec palmes, nous sommes en « plein dedans ». Et plus encore lorsque nous mettons en avant le concept du « Sport pour Valeur », lequel aura influencé indéniablement la ligne éditoriale de notre magazine.

D’autres questions se posent ne permanence quant aux choix stratégiques de notre publication. Devons-nous, comme c’est le cas depuis toujours, accorder autant de place aux images ? Cette question se pose dans la mesure où, avec la multiplication des photos prises avec les portables et diffusées instantanément sur Facebook et les sites Internet, l’image a perdu un peu de son impact. Il est loin le temps où des gamins que nous prenions en photo sur un terrain, nous interrogeaient avec enthousiasme : « On va passer dans Sport-Santé, monsieur ? ». Aujourd’hui, on a parfois le sentiment que certains sportifs, un peu blasés, sont las de poser pour la photo. On dénombre cependant 90 images dans cette édition de février-mars. Aurions-nous dû consacrer davantage de place au texte… alors qu’il est convenu que la majorité des gens préfère les brèves ?

Autres questions : quelle place devons-nous accorder au sport professionnel, sachant que ce sont les sportifs amateurs qui sont les plus « sensibles » au contenu de notre magazine ? Quel souci prédomine dans nos choix rédactionnels : contribuer au développement du sport, « vendre du papier » (… belle expression), ou simplement prendre plaisir à parler du sport et des gens que nous aimons bien ?

Autant de questions posées qui, ajoutées à un tas d’autres, montrent que nous ne pouvons pas avoir de certitudes, si ce n’est celle que nous ne voyons pas passer le temps en nous occupant de Sport-Santé et en nous passionnant pour le sport aixois. Quelle chance !

 A. Crespi