Le numéro 332 de Sport-Santé

A la Une

Florent Castellarnau, ici en plein ascension du col du Cengle, illustre bien la belle dynamique de l’AVC Aix, un club « en plein boum », au niveau des résultats comme des organisations. En fenêtres : le Sportif du mois Robin Paris, espoir du PAUC Handball et Julien Aspar, formateur du PAN water-polo. (photos S. Sauvage)

Sommaire :

  • 4 L’AVC Aix en plein boum
  • 5 Le Méchant

  • 6 Des pages se tournent…
  • 7 Le PAN Water-polo
  • 8 Julien Aspar, éducateur modèle
  • 10 Des élus proches du sport
  • 12 Les élus du Département
  • 14 L’AG de l’AUC
  • 16 Roller Derby Pays d’Aix
  • 17 Caroline Cruveiller
  • 18 Rugby : une saison remplie d’espoirs
  • 20 Volley : l’équipe N2 du PAVVB
  • 22 L’AUC 13 VB
  • 23 Basket : les U18 du BMAV
  • 24 Foot : les U14 du PAFC
  • 26 EPA s’offre l’Europe
  • 27 Les +35 du Country
  • 28 Infos du Sport aixois
  • 30 Challenge AGL Service / Eurlirent
  • 32 Trophée : Robin Paris

 

Ours : Photos : S. Sauvage, A. Crespi, A. Tarditi, CCA, FF Boxe, CAAP, STASA.

 

Edito

Le droit de perdre

Si le sport santé et le sport loisir sont des concepts terriblement à la mode, le sport de compétition n’en reste pas moins et indiscutablement en tête des rubriques sportives des journaux. On parle beaucoup de résultats, d’objectifs et de classements, tandis que les sportifs, entraîneurs et dirigeants auront plus tendance à évoquer un coup de malchance ou une erreur d’arbitrage que de mettre en avant le plaisir du jeu ou la beauté du décors.

Gagner est le mot le plus important du langage sportif, tandis que la défaite fait partie… des maux à éviter, surtout lorsqu’elle risque de compromettre la réalisation d’un objectif. Ainsi, ces derniers mois, certaines de nos meilleures équipes ont connu des revers aussi inattendus que malvenus. En effet, après une série de cinq victoires, les handballeurs du PAUC ont subi une défaite surprise à Istres, alors dernier de la LNH. Les rugbymen aixois, qui venaient de remonter au classement de la Pro D2 à la faveur de cinq belles victoires, ont vu leur élan stoppé par la défaite subie au stade David, face à Angoulême. Et les volleyeuses de Venelles ont perdu dans leur salle contre Mougins, une équipe du bas du tableau, quelque temps après avoir aligner 7 succès en championnat. Après chacune de ces déconvenues, les dirigeants des équipes concernées ont manifesté un certain mécontentement. On peut les comprendre, compte tenu des gros enjeux du sport de haut niveau. Mais ne serait-il pas possible d’accepter l’idée que ce qui fait le charme du sport, c’est cette douce incertitude qui entoure les matchs, même les plus déséquilibrés sur le papier ? Si les surprises ne faisaient pas partie du jeu, tout le monde gagnerait au loto sportif ou au tiercé et la vie du sport serait bien monotone.

Le droit de perdre n’est certes pas inscrit dans les textes, mais nous nous ferions volontiers l’avocat des battus, en leur accordant les circonstances atténuantes… en toutes circonstances. Surtout lorsqu’il s’agit de jeunes auxquels on inculque l’esprit de la gagne et qui ont parfois du mal à se relever de certains échecs ou de défaites ressenties comme tels. Les meilleurs supporters ne sont-ils ceux qui continuent d’encourager leur équipe ou leurs champions, alors que la victoire leur glisse entre les doigts ? Et si on essayait !…

 A. Crespi