Le numéro 324 de Sport-Santé


A la Une

Le « redécollage » estival de la Ronde d’Aix symbolisée par le sprint victorieux, roue avant décollée, de Christophe Laporte, un des bons coureurs professionnels licenciés à l’AVC Aix (photo Pascal Besse). En fenêtre, Jean-Baptiste  Mourcia, la grande révélation de l’été en pentathlon moderne (photo Sylvain Sauvage).

 

Sommaire :

  • 4  Ronde : la renaissance
  •  5  Le Méchant
  •  6  10 questions « vaches » à Donsimoni
  •  7  Laurent Mirabel, histoire d’eau
  •  8  Raid des Amazones
  •  9  Speedy Club de Provence
  • 11  Infatigable René Faure
  • 12  Les courses pédestres de l’été
  • 14  Triathlon de Peyrolles
  • 16  L’AUC Taekwondo
  • 18  Le Salon des Sports
  • 20  Xavier Quintin supporter
  • 22  Hommage à Georges Montlaur
  • 23  L’Open du Set Tennis
  • 24  Boules
  • 26  Infos du sport aixois
  • 28  Igol Provence
  • 30  Challenge Agl Services / Eurlirent
  • 32  Trophée : Jean-Baptiste  Mourcia

 


Edito

CELA SE COMPLIQUE

Une nouvelle mesure gouvernementale vient compliquer la gestion des clubs. En effet, en décidant de suspendre une grande partie des CAE (Contrats d’Accompagnement dans l’Emploi), l’Etat a plongé les responsables d’association dans la consternation.
Les réactions fusent de toutes parts, de façon un peu désordonnée il est vrai. Mais si cela ne semble pas avoir débouché dans un premier sur des mesures dites « d’apaisement », il est probable que le gouvernement sera amené prochainement à corriger le tir face au courroux des responsables d’association. Mais le temps presse, car beaucoup de ces derniers ont déjà tiré la sonnette d’alarme.
Après la diminution des subventions publiques, liée à la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités, voilà que la sensible diminution des aides à l’emploi vient compromettre l’existence de bon nombre de clubs. Lesquels avaient trouvé dans les CAE les moyens de se structurer et de se développer, grâce à l’embauche de personnes utiles dans le secteur administratif ou sur le terrain (éducateurs, entraîneurs…).
Pour certains sportifs, les CAE constituent un moyen de faire la transition entre la compétition, les études et le monde du travail. Les agents de Pôle emploi du Pays d’Aix se sont d’ailleurs toujours efforcés de faciliter la reconversion des sportifs à l’aide d’emplois aidés ou de programmes de formation adaptés.
Il ne nous appartient pas aujourd’hui de juger si les mesures annoncées par le gouvernement étaient justifiées ou non. Il est trop tôt (… ou trop tard) pour le dire. Comme il est vrai que l’incapacité de la plupart des associations de pérenniser des emplois créés grâce aux CAE a sans doute remis en question le système. Mais ce qui est certain, c’est que beaucoup de clubs risquent de ne pas survivre à cette nouvelle coupe sombre dans les aides de l’Etat. Le monde associatif est en danger. Quelles mesures prendra-t-on pour éviter une crise sans précédent ?
Alors qu’on se réjouit, à juste titre, de l’annonce de l’organisation des JO 2024 en France, cet évènement grandiose qui va évidemment rejaillir sur la Métropole Aix-Marseille Provence, on ne peut s’empêcher d’opposer le rêve olympique à la dure réalité du quotidien. Les dirigeants de club qui doivent faire face à la baisse des subventions, à la suppression des emplois aidés et aux nouvelles et coûteuses mesures de sécurité imposées pour l’organisation d’évènements sportifs, ont le droit de se demander ce qu’il adviendra de leur club… d’ici 2024.

 Antoine Crespi