Le numéro 327 de Sport-Santé

A la Une

La réussite des équipes du Pays d’Aix  – et notamment du PAUC Handball et du PAN Water-polo -  en route pour les coupes européennes, symbolisée par l’engagement du handballeur Gabriel Loesch et du  poloïste Thomas Saux (photos Sylvain Sauvage).

Sommaire :

  • 4    Le « Sport-Santé » gagne du terrain
  • 5    Le Méchant
  • 6    Manolis Tsombos
  • 8    Championnats de France par équipe
  • 10   Handball / L’avenir, le passé
  • 11   Rencontre AUC/ESP Consulting
  • 12   Les jeunes du CHA dans la course
  • 13   GR Aix fière de ses gymnastes
  • 15   Stéphanie Arnoux
  • 16   Le « miracle Arcucci »
  • 18   L’AG de l’AUC
  • 20   L’AUC Tennis passe un cap
  • 22   L’AUC Escrime
  • 23   Me Frédéric Fontanillas
  • 24   HMCA, l’amitié durable
  • 25   Le PAFC a son label
  • 26   Cyclisme : l’exemple de Puyloubier
  • 27   Matthieu Converset, « tonton flingueur »
  • 28   Infos du sport aixois
  • 30   Challenge AGL Services / Eurlirent
  • 34   Trophée : Noah Gaudin

 

Edito

Choix rédactionnels

Les lecteurs d’un journal ou d’un magazine ont le droit de donner leur avis sur le contenu qui leur est proposé. De même que les spectateurs d’un match de football ne se priveront pas de critiquer le choix d’un joueur de tirer au but au lieu de faire une passe. Le problème de choix se pose à tous les instants dans notre vie… l’essentiel étant de se tromper le moins possible.

Lorsque nous décidons de faire figurer une photo plutôt qu’une autre en couverture de notre magazine, nous ne sommes jamais sûrs d’avoir raison. Il en est de même pour ce qui est publié en pages intérieures.

Mais qu’est-ce qui motive ce que l’on appelle « les choix rédactionnels » ? Vaste question…

Les options d’un magazine bimestriel comme le nôtre sont naturellement différentes de celles d’un quotidien, même si dans les deux cas, c’est l’actualité qui prime. La presse quotidienne régionale est forcément plus proche d’une actualité qu’elle traite au jour le jour, tandis que nous devons, pour notre part, garder à l’esprit que l’actualité en question peut être complètement dépassée une fois écoulé le temps de la fabrication. Les méthodes artisanales qui sont les nôtres nous obligent à traiter certains sujets plusieurs semaines avant la parution. Cela peut aussi influencer « les choix rédactionnels » concernant l’importance à consacrer à un sujet… ou à le supprimer purement et simplement du sommaire, si le choix s’impose. Et comme nous n’avons pas la possibilité, dans un magazine de 36 pages, de parler de tout ce qui se passe dans le sport en Pays d’Aix, nous sommes contraint de faire des choix qui ne correspondent pas forcément à l’attente de nos lecteurs.

L’aspect humain est également prépondérant dans les options que nous prenons. Nous n’avons d’ailleurs jamais affirmé être totalement objectifs. Nous ne prétendons pas éviter de pratiquer ce que l’on appelle « la politique des petits copains ». Comme il est vrai que, dans nos choix rédactionnels, nous donnons volontiers la priorité à des personnes ou des clubs qui viennent à notre rencontre. C’est tellement plus pratique et plus sympa. Tout ça pour dire que nous acceptons qu’on nous critique, comme on pourra le faire… à propos de cet éditorial d’une évidente banalité, que nous avons rédigé trop vite à l’heure du bouclage… Nous n’avions pas d’autre choix.

Antoine Crespi