Une belle soirée !

La réception donnée à l’occasion de la remise des Challenges AGL Service / Eurlirent 2017, par le magazine Sport-Santé, le 15 janvier au Hot Brass, a été couronnée de succès. Dans le prochain numéro du magazine (parution le 14 février), pas moins de 10 pages seront consacrées à l’événement. 

Légende photo : Les volleyeuses du PAVVB (« Equipe de l’année ») ont produit un bel effet sur la scène du Hot Brass (photo A. Tarditi)

Le numéro 325 de Sport-Santé

A la Une

Il y a longtemps que Sport-Santé n’avait pas mis la boxe en couverture. On remet ça enfin, avec un joli geste d’Abdel Achour et le portrait de Sofian Bellahcene, distingué au titre de Sportif du mois.

Et comment ne pas adresser un petit clin d’œil également aux handballeurs du PAUC, le sublime Aymeric Minne en tête, qui ont fait exploser l’Arena en battant le PSG ?

(Photos S. Sauvage)

 

Sommaire :

  • 4 Boxe, handball … publics gagnants
  • 5 Le Méchant
  • 6 Hichem Medoukali
  • 8 On a découvert l’Arena
  • 10 BM Aix Venelles tient la route
  • 11 AVBA : de la suite dans les idées
  • 14 Provence Rugby fait le lien…
  • 15 Le retour de Micha Djukanovic
  • 16 Les U17 du PAN
  • 18 Pôle découverte d’Aix Athlé
  • 20 Michel Boulan défend son territoire
  • 21 Herbé Liberman à double emploi
  • 22 ADAVA Pays d’Aix
  • 23 Jean-Daniel Beurnier … dossard 9
  • 24 La Foulée Ressource fait le plein
  • 25 A l’AUC Bad la palme …
  • 26 USP-AUC, derby serré
  • 28 Infos du sport aixois
  • 30 Challenge AGL Services / Eurlirent
  • 32 Trophée : Sofian Bellahcene

 


Edito

Notre juste place

On ne sait plus où donner de la tête …

Lorsque, en l’espace de quatre jours de novembre, il nous est offert d’assister à la formidable victoire des handballeurs du PAUC sur le Paris Saint-Germain, puis au succès des volleyeuses du PAVVB face au champion de France en titre (Mulhouse) et enfin à la belle confirmation des poloïstes du PAN, propulsés à la 2ème place du classement, après une nouvelle et décisive victoire face à Nice, dans l’ambiance indescriptible du centre nautique Sainte-Victoire de Venelles, nous croyons rêver.

Le parcours des équipes élites du Pays d’Aix est d’autant plus épatant que le tableau en dessous n’est pas mal non plus. Ainsi, on a retrouvé le moral au stade David avec la prise de pouvoir de Provence Rugby en Fédérale Elite et la série victorieuse de l’AUCR en Fédérale 3. En basket, BM Aix Venelles caracole en tête de la N3 masculine, tandis que les féminines tiennent bien leur place en N2. Un niveau où les équipes réserves du PAUC et du PAVVB jouent pour leur part le haut du tableau. Il n’y a guère qu’en football que le Pays d’Aix n’a pas de représentation en championnat de France, la meilleure équipe seniors, à savoir Luynes, évoluant en 8ème division. C’est là que le bas blesse. Car, pour ce qui est des sports « co » traditionnels (il faut noter encore que les Argonautes évoluent dans l’élite du football américain), on a atteint un niveau jamais connu dans l’histoire du sport aixois.

Pour avoir relu par hasard un de nos éditoriaux, paru en avril 1985, nous mesurons encore mieux le chemin parcouru. Nous évoquions alors les difficultés financières que risquaient de rencontrer les clubs aixois en position de monter. Il était question de l’AUC Hand sur le point d’accéder à la N1, sous la direction d’un certain Philippe Bana, de l’ASPTT Basket et de l’AUC Volley, dont les équipes hommes allaient accéder à la N3, comme l’Aix Rugby Club, d’ailleurs. A cette époque, où les poloïstes évoluaient en Nationale 2, la seule équipe aixoise compétitive au plus haut niveau était celle des basketteuses de l’ASPTT.

Les temps ont effectivement bien changé et le regard de la presse locale également, aujourd’hui inévitablement tournée en priorité vers l’actualité des grandes équipes. Pour notre part, nous avons le sentiment d’avoir du mal à nous situer par rapport au sport élite, dans la mesure où nous n’avons pas la place, ni vraiment l’utilité d’en rendre compte plus largement, d’autant que la presse quotidienne assure dans ce domaine une très importante couverture. Une fois encore, il apparaît évident que nous avons davantage vocation à traiter des sujets comme l’école d’athlétisme, les jeunes du water-polo ou le foot en division 3 départementale, pour prendre quelques exemples propres à ce n°325, que « d’en remettre une couche » sur les sports élites. Que pourrions-nous apporter de plus ?

En parlant crû, nous pouvons dire que si le supporter des équipes aixoises que nous sommes « ne sait plus où donner de la tête », le responsable du magazine, dans ses choix rédactionnels, se retrouve un peu « le cul entre deux chaises ». Quelle est notre juste place ? Pour tenter de répondre à cette question l’avis de nos lecteurs nous serait bien utile.

Antoine Crespi